Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 12:07
Débat sur  les transports avec la Région

 

Gilles Bontemps, vice-président de la Région, estime que le projet de ligne SNCF Fontenay-Niort n’est pas abandonné, totalement.

 

Le maire et conseiller régional Hugues Fourage avait invité lundi soir Gilles Bontemps, vice-président de la Région chargé des transports, à animer une réunion publique à propos de la ligne Fontenay-Niort et la modernisation de la ligne Nantes-Bordeaux.

L’arrêt à Velluire a également été évoqué devant un parterre composé essentiellement d’élus locaux et de membres du conseil de développement du territoire. Gilles Bontemps a assuré que le projet de ligne Fontenay-Niort n’est pas enterré. « Les études et l’avant-projet ont été engagés, mais seule la région Pays-de-la-Loire est prête à financer, a-t-il argumenté. La dernière expertise de Réseau ferré de France évalue le projet à 43 M€. »Sans compter la suppression de tous les passages à niveau, soit 60 M€ de plus. « Pour l’instant, la Région a déplacé l’argent positionné sur ce projet car nous ne pouvons pas commencer les travaux : il faudrait deux conditions : que les autres collectivités financent et que la suppression des passages à niveaux ne se fasse pas. »

 

Doléances

 

Concernant l’arrêt à Luçon, il est maintenu jusqu’aux vacances scolaires, mais après « c’est l’inconnu. » Sur le bien-fondé d’un arrêt à Velluire, le vice-président ne s’est pas engagé, rappelant qu’il faut un potentiel de voyageurs pour justifier cette création. »

Gilles Bontemps a aussi écouté les doléances concernant les bus TER jusqu’à Niort : pas de rotations dans l’après-midi de 13h à 17h 15, peu de correspondances avec les transports en commun de Niort et un dernier bus vers Fontenay qui ne correspond pas le soir aux horaires du TGV. Le vice-président en a pris note.

 

Sophie CAPELLE.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 16:10

8 semaines à pieds, en vélo ou en Bus pour 4 yonnais.

Une expérience éco-citoyenne lancé par Loc.Éco en partenariat avec la Ville et la Roche-sur-Yon Agglomération ainsi que les bus et les vélos d’Impulsyon.

L’expérience vous tente inscrivez-vous avant le 15 juin 11 sur :

zenius-experience.fr

A partir de la semaine de la mobilité de septembre pendant une période de 8 semaines, les candidats retenus devront laisser au garage leur voiture. En utilisant gratuitement les bus et vélo d’Impulsyon, et le week-end une voiture de location.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 18:48
L'Assemblée Générale
Se tiendra le samedi 25 juin 2011
de 9h30  à 12h30
Cité des FORGES
Bt A escalier E 1er étage
à La ROCHE sur YON

sont invités les sympathisants et adhérents

 

Pour les  personnes de Fontenay-Le-Comte un
covoiturage est organisé dans la cour de la Maison des Associations départ à 8 h30

 

            Les rapports : moral, activité et financier. Vote

                Élection des Membres du Conseil d’administration. Vote

Transport urbain et Agglomération

Transport départemental

Ligne La Roche sur Yon –La Rochelle

Ligne Fontenay-Niort

Ligne Thouars – La Roche sur Yon

Partager cet article
Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 14:55
COMMUNIQUE DE PRESSE

L’A.P.N.B (Association pour la Promotion de la ligne ferroviaire Nantes - La Rochelle - Bordeaux) constate avec satisfaction que les décideurs * relayant les demandes des usagers viennent enfin au chevet de la ligne ferroviaire Nantes – La Rochelle – Bordeaux.

(* Régions Pays de La Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine, le département de Vendée, l'État et RFF)

Un financement de 300 000 € a été mis en place et une première étude de diagnostic a été présentée à un comité de pilotage. Cette réunion était réservée exclusivement aux organismes financeurs le 5 mai à La Rochelle.

 

Voir dans le Journal Sud Ouest du 7 mai 2011 le compte rendu Par THOMAS BROSSET 


Seules les grandes lignes du rapport du bureau d'études INEXIA nous ayant été communiquées, des engagements sont encore à confirmer.

 

·     Maintien de la double voie entre la Roche-sur-Yon et La Rochelle.

·     Renforcement des dessertes ; 6 allers/retours par jour minimum entre Bordeaux et Nantes, dont certains prolongés à Quimper et Rennes au nord et Toulouse et Hendaye au sud.

·     Un temps de parcours de 3 h 30 / 3 h 15 (avec les 5 arrêts actuels) contre plus de 4 h à ce jour

·     Remplacement du vieux matériel, voitures Corail et locomotives Diesel (plus de 40 ans)

·     La remise en état urgente du pont de la Brétonnière sur le Lay (au nord de Luçon).

·     Prise en compte de la réalité de l’interland des deux métropoles régionales en répondant aux besoins des voyageurs pendulaires.

·     Une vigilance sur la complémentarité des services inter-régions. Même si nous apprécions les efforts qui ont été consentis par les trois régions, quelques lacunes subsistent. C'est le cas entre La Rochelle - Luçon et La Roche-sur-Yon, où l'offre est squelettique et où les gares de Marans et Vélluire (pour Fontenay-le-Comte à 10 km) et peut-être d'autres Dompierre devraient être réactivées. La remarque s'applique aussi pour Bordeaux-Saintes où l'effet "frontière" prend mal en compte les besoins et habitudes des populations de la Charente Maritime attirées par la métropole Bordelaise.

 

Le montant de 220 M€ annoncé pour une mise à niveau des 380 km de la ligne entre Bordeaux et Nantes n’est finalement pas élevé comparé au coût du km de LGV (10 M€ minimum) et aux contributions demandées aux collectivités locales pour ces LGV.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 08:24

Association des Usagers des Transports de Vendée (AUT 85)

 

Présence de l'AUT 85 une des associations co-fondatrice de A.P.N.B devant la DDTM de La Rochelle le 5 mai

représenté par J.Paul JUILLET et son Président  Jean MOREAU.

 

Jean MOREAU a eu un long échange avec d'une part , le Directeur de RFF d' Aquitaine - Poitou -Charentes d'une part et le Directeur de RFF Pays deLoire d'autre part .

 

Le Président de AUT 85 et  la Vice-Présidente de A.P.N.B ont insisté sur l'urgence de remettre en état le pont de la Bretonnière dont le ralentissement  à 40 km/heure aujourd'hui et peut être demain à 30 ou à  20   pénalise lourdement le service offert aux usagers.

Nos interlocuteurs ont évoqués la nécessité éventuelle d'une enquête publique qui demandera un délai de 2 ou 3 ans

Vive protestation de Jean MOREAU qui a demandé la remise en état du pont maintenant !

Le financement  doit être acquit par le report bugétaire de FONTENAY - NIORT et le reliquat de l'électrification de Nantes Les Sables ; les travaux de réfection du pont peuvent donc débuter sans délai .

Les Directeurs ont été à notre écoute et se sont engagés à nous répondre par écrit dans les jours à venir.

 

Pour l' AUT 85  , JP JUILLET , J MOREAU.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 06:36

le 7 mai 2011 Sud-Ouest La Rochelle Par Thomas Brosset 

Les résultats de l'étude diagnostic sur la ligne ont été présentés au comité de pilotage, dont les co-financeurs. Tout le monde prêche pour la relance .

L'Intercités Nantes-Bordeaux de passage hier à Angoulins. Photo Xavier Léoty

 

On la croyait moribonde. Sacrifiée sur l'autel du tout TGV et la voilà qui s'apprête à renaître. La ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux fait, depuis quelques mois, l'objet d'une attention toute particulière. Comme si les années noires, celles où de lourds nuages pesaient sur son avenir après qu'ont été abandonnés des trains de jour et des trains de nuit, des arrêts, après qu'ont été fermées des gares la nuit au nom de la sécurité.

La menace de disparition complète de cette ligne, jadis internationale puisqu'elle reliait la Bretagne à Vintimille, était bien réelle. Les cheminots furent les premiers à s'en émouvoir en manifestant en gare de Bordeaux ou Nantes (2004). Et les usagers n'ont pas tardé à suivre en s'organisant en association. La création récente de l'Association pour la promotion de la ligne Nantes-La Rochelle-Bordeaux (lire ci-dessous) est un exemple, parmi d'autres, de ce sursaut.

Et les pouvoirs politiques s'en sont émus. Les régions Pays-de-Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine, les départements de Charente-Maritime et de Vendée ainsi que la Communauté d'agglomération de La Rochelle ont demandé à l'État et RFF (1) une étude diagnostic de l'axe Nantes-Bordeaux. Une sorte d'état des lieux avant d'envisager une vraie relance.

 

40 km/h sur le pont

 

« On a le sentiment que tout était fait, ces dernières années, pour décourager les usagers de prendre ce train : inconfort, lenteur du trajet, horaires inadaptés et trop faible fréquence. La SNCF avait beau jeu de dire que la ligne n'était pas rentable. La demande était en baisse parce que l'offre était inadaptée », commente Denis Leroy, vice-président de la Communauté d'agglomération chargé des transports. Pour avoir été l'un des artisans, aux côtés de la Région, de la création de la liaison cadencée entre Rochefort et La Rochelle, l'élu est un fervent partisan des transports alternatifs et notamment du rail.

Il participait, jeudi, à La Rochelle, à la réunion de restitution de l'étude aux côtés de tous les co-financeurs. « J'ai ressenti une réelle volonté de tous les partenaires d'aller enfin de l'avant dans la modernisation de la ligne. »

Confirmation d'Yvan Martin, de Réseau ferré de France, qui faisait office de maître de cérémonie : « Nous sommes parvenus à une communauté de points de vue sur la nécessité de préserver cette ligne et la développer. La démarche est engagée. Nous n'ignorons pas que certains secteurs de l'infrastructure sont en très mauvais état. Notamment entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle. C'est là qu'il va falloir travailler. »

Un point noir notamment : le pont de la Bretonnière au sud de la Roche-sur-Yon que le train ne peut franchir qu'à… 40 km/heure en raison de l'état du pont. Résultat : on met aujourd'hui un quart d'heure de plus pour relier Nantes à Bordeaux qu'en 1973. Bonjour le progrès !

« Que les choses soient claires : ce ralentissement est destiné à préserver l'ouvrage, donc la ligne. Pour l'heure, il n'est pas envisagé d'investir dans un nouveau pont », précise Yvan Martin.

 

Nantes-Bordeaux : 220 M €

 

On l'aura compris. Tout est affaire d'argent. Pour gagner huit minutes de trajet sur le quart d'heure perdu depuis 37 ans, il faut compter 50 millions d'euros sur le seul tronçon La Roche-sur-Yon-La Rochelle : moitié pour modifier la signalisation, moitié pour refaire la gare de Marans.

Quant à la modernisation de la totalité de la ligne entre Bordeaux et Nantes, elle est évaluée à 222 millions d'euros. RFF se tourne donc naturellement vers les collectivités territoriales concernées pour l'aider à investir dans cette opération. On n'en est pas encore au tour de table, mais la locomotive redémarre doucement vers la redensification de cette ligne : « Je pense que les TER ont remis les gens dans le train. Ils y ont pris goût », estime Denis Leroy, qui s'appuie sur la réussite de La Rochelle-Rochefort.

« Avec la densification démographique du littoral, la hausse du prix du pétrole, la demande de desserte ferroviaire adaptée se fait plus forte, que ce soit en cabotage, en déplacements d'affaires entre les capitales régionales comme Nantes, Bordeaux ou Toulouse ou en liaisons internationales. Il nous reste à connaître le service idéal. »

 

Prochain rendez-vous entre les décideurs en juillet.

 

« Un train toutes les deux heures »

 

 


L'ASSOCIATION DES USAGERS

 

Ils réclament la modernisation de la ligne et l’augmentation de fréquence des liaisons quotidiennes.

« Depuis la suppression en 2005 du train, il est impossible de faire l’aller-retour dans la journées entre Nantes et Bordeaux. C’est tout simplement lamentable. »

 

Jacques Ottaviani, président girondin de l’APNB (1), ne mâche pas ses mots. « Nous considérons que, pour être attractive, toute ligne doit avoir un train toutes les deux heures. C’est ce que nous réclamons ».

 

L’association ne fait pas partie du comité de pilotage des co-financeurs, mais tenant tout de même à faire entendre sa voix, avait envoyé une délégation jeudi à La Rochelle. « Réseau ferré de France dit ne pas vouloir engager de travaux sur la ligne pour ne pas embêter les usagers. Mais ils comprendraient très bien la gêne occasionnée si on leur explique que c’est pour améliorer le trafic », explique Mauricette Ringuet, vice-présidente de APNB, présente jeudi à la Rochelle.

 

« Modernisation de la ligne »

 

Selon Jacques Ottaviani, la ligne serait fréquentée par 1,3 ou 1,4 million de voyageurs, chaques années, de Nantes à Bordeaux, dont seulement 15% seulement feraient le trajet entièrement.

En comptant les trains Intercités depuis Quimper jusqu’à Toulouse, cette fréquentation s’approcherait des 2 millions de voyageurs. Trop peu ?

« Nous réclamons la modernisation de la ligne. Elle est indispensable pour espérer la rendre attractive. Et d’après ce que j’ai entendu il n’y a pas de gros travaux envisagés. Ce qui est plutôt inquiétant. »

Jacques Ottaviani rappelle l’époque du train de nuit qui transportait également des voitures. Un concept dont on recommence à parler un peu partout comme une des solutions pour lutter contre l’abus de la circulation automobile.

Ce train de nuit, qui partait de Quimper pour rejoindre Vintimille, était emprunté par des nombreux soldats du temps du service national. Il semblerait que la suppression de ce service militaire ait porté un coup dur à la ligne. Il est temps pour les civils de reprendre le flambeau.

 

Association pour le promotion de la ligne Nantes-La Rochelle-Bordeaux.

 

Elle tiendra son assemblée générale le lundi 30 mai à la gare de La Rochelle.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 20:57

L'Assemblée Générale

de L'Association pour la Promotion de la ligne ferroviaire

Nantes - La Rochelle - Bordeaux

se tiendra
le lundi 30 mai 2011 à partir de 13 h 30 en gare de LA ROCHELLE
Fléchage en gare

Sont invités les adhérents et sympathisants

Partager cet article
Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 08:54

Pont ferroviaire de la Bretonnière-la-Claye en Vendée

Pont ferroviaire de la Bretonnière-la-Claye en Vendée 85320,
Pays de la Loire (Photo Philippe Ringuet août 2011)

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:17

Saumur - Thouars - Bressuire - La-Roche-sur-Yon : une infrastructure ferroviaire au potentiel inexploité, et donc en danger !

 

Les FNAUT Poitou-Charentes et Pays de la Loire (antennes régionales de la Fédération des Associations d’Usagers des Transports) ont rencontré mardi 19 avril 2011 monsieur le maire de Thouars, M. Patrice PINEAU, pour lui faire part de l’urgence de l’amélioration de l’exploitation de la ligne de chemin de fer Saumur - La-Roche-sur-Yon par Thouars et Bressuire, qui permettrait également de relier la côte vendéenne et l’agglomération tourangelle.

Les actions des Régions sont dispersées : la région Poitou-Charentes a mis en service une desserte Bressuire - Thouars - Saumur - Tours, tandis que la région Pays de la Loire assure une desserte minimum entre Chantonnay et La Roche-sur-Yon, abandonnant à un autocar lent et peu fréquent les villes intermédiaires de Cerizay et Pouzauges.

Ainsi, de 1990 à 2008, la liaison La-Roche-sur-Yon - Bressuire, ayant déjà une offre ferroviaire squelettique, a vu son trafic ferré divisé par 2, avec un trafic chemin de fer et autocar sur cette ligne qui stagne depuis près de 20 ans ! Alors que le trafic TER régional a presque été multiplié par 3.

À l’heure du carburant cher, il est nécessaire de mieux relier par le train toutes ces villes, qui ont le malheur d’être réparties dans 2, voire même 3 régions avec Tours, afin d’élargir les bassins d’emploi ou l'accessibilité aux écoles, développer le tourisme, maintenir les activités qui ont besoin de la voie ferrée, comme les carrières et désenclaver le territoire du nord des Deux-Sèvres afin d’y maintenir sa population.

Seul le train permet des liaisons qui soient à la fois rapides et confortables. Cependant, il faudra bientôt investir dans le renouvellement d’une infrastructure ancienne, qui dans le cas contraire risque de la faire disparaître. Monsieur le maire de Thouars a promis de se saisir du dossier pour mobiliser les autres territoires et autorités concernées.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 07:56
L'étude Nantes-Bordeaux sera dévoilée le 5 mai.

Les Régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine ainsi que les Départements de Vendée et Charente-Maritime, l’Etat et RFF ont lancé il y a plusieurs mois une étude diagnostic de l’axe Nantes-Bordeaux.

Ses résultats seront présentés lors d'un comité de pilotage entre les co-financeurs qui aura lieu le 5 mai 2011 en Charente-Maritime.

Puis une autre étude sera diligentée pour affiner le programme des travaux et aménagements à >réaliser selon le scénario retenu.


Pont ferroviaire de la Bretonnière

 

Un des problèmes important de la voie, est le pont  de la Bretonnière qui enjambe le Lay, entre La Roche-sur-Yon et Luçon. Un ralentissement à 40 km/h est imposé et il est question de descendre à 30 km/h augmentant encore le temps de parcours. Les travaux du pont n’ont pas été actés dans les contrats de plan, pourtant la question est posée soit de remplacer une partie du tablier, ou éventuellement l’ensemble.


Passage du train sur le pont de la Bretonnière

 

Souhaitons que les co-financeurs responsables de cette étude qui affichent soutenir la ligne Nantes-La Rochelle-Bordeaux le prouveront unanimement en prenant en compte la réfection du pont en priorité.

Il est dit qu’il n’y aura plus de train supprimé puisque la convention Etat-SNCF des TET (Train d’Equilibre du Territoire) a été signé.

Oui mais pour 3 ans, et sans le pontil sera bien difficile de respecter cette convention !

pont-ferroviaire-la-bretonniere-st.jpg

Partager cet article
Repost0