Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 17:00
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 11:49
Le comité de pilotage de l’étude pour la modernisation de la ligne Nantes-Bordeaux s’est réuni hier à La Rochelle. Usagers et syndicats ont voulu faire entendre leur voix.

Certaines voies et certains ballasts remontent à la Seconde Guerre mondiale, le matériel roulant est usé. (Photo XAVIER Léoty)Peanuts, simples réparations, replâtrage : les 2 millions d’euros de travaux engagés en 2013 sur la ligne La Rochelle-La Roche-sur-Yon ne déclenchent pas des tonnerres d’applaudissements dans les rangs des usagers de la ligne, des syndicats de cheminots ou des représentants des collectivités territoriales. « On n’est pas là dans la modernisation mais dans l’entretien, pour éviter que la voie ne se dégrade encore un peu plus », note Denis Leroy, chargé des transports à la Communauté d’agglomération de La Rochelle (qu’il représente au comité de pilotage).

 

Un comité de pilotage qui se réunissait hiers à huis clos à La Rochelle avec des représentants de Réseau ferré de France, de la SNCF et des collectivités territoriales (État, Régions, Départements, Communautés de communes…) concernées par cet axe ferroviaire qui fait couler tant d’encre depuis des années.

 

À huis clos mais pas sans que les représentants des usagers et des syndicats ne fassent entendre leur voix à l’entrée de la Direction départementale des territoires et de la mer.

 

Au prochain contrat de plan ?
On y parla donc peu de ce chantier de 2013, considéré comme dérisoire même s’il va entraîner de grosses perturbations pour les voyageurs. Il faut dire que 2 millions d’euros, c’est à peine 1 % de ce que nécessiterait la modernisation du seul tronçon La Roche-sur-Yon – La Rochelle. On n’est là ni dans les mêmes échelles de valeur, ni dans les mêmes échelles de temps : « Les études menées devraient nous permettre de nous inscrire dans le futur contrat de plan État-Région. Celui de 2014-2020. Mais, pour cela, il faut aller très vite parce qu’il y a beaucoup de candidats et peu d’élus dans ces contrats, qu’il faut être prêt pour 2013. Et 2013, c’est demain », note Benoît Groussin, vice-président de l’Association pour la promotion de la ligne Nantes-Bordeaux.

 

« Or, depuis la précédente réunion du comité de pilotage, voici dix-huit mois, on a l’impression que le dossier n’a pas beaucoup avancé. Qu’en est-il de l’étude sur le potentiel de trafic qui devait être réalisée ? »

 

Les usagers s’inquiètent de la lenteur des choses, les syndicats et les élus aussi : « À la Communauté d’agglomération de La Rochelle, notre position est claire : nous voulons que la double voie soit maintenue. Avec les gares de Bordeaux et de Nantes qui sont de gros points de correspondances, la mise en voie unique risquerait d’aggraver les retards qui sont déjà récurrents sur cette ligne, en raison de la vétusté des voies et du matériel roulant », poursuit Denis Leroy. Il répond en cela à une proposition de RFF qui estimait pouvoir réduire de moitié le coût de la modernisation avec la solution de la voie unique. « Faux, répondent en chœur usagers et syndicats. Car s’il y a voie unique, il y a multiplication de signalisations. Et chaque point de croisement coûte 10 millions d’euros. »

 

Denis Leroy ne veut pas entendre parler non plus « d’une solution de Nantes-Bordeaux par Tours en TGV », comme l’idée a été glissée un temps par RFF.

 

Poussée démographique
« Non, je ne crois pas qu’ils conserveront cette idée. Même la SNCF n’y croit pas. Parce qu’elle ne veut plus financer de TGV non rentable et qu’il n’y aurait aucun gain de temps. L’enjeu, nous l’avons dit et répété, c’est que Nantes-Bordeaux se fasse en trois heures et demie pour concurrencer l’autoroute », explique Jacques Ottaviani, président de l’APNB. L’un des arguments avancés pour cette modernisation, c’est la poussée démographique de toutes les régions du littoral. Elle plaide évidemment pour une relance de cette ligne à laquelle la SNCF et RFF ont tourné le dos depuis leur politique du tout TGV depuis Paris.

 

Visiblement, si l’on en croit l’ensemble des acteurs présents hier à La Rochelle, la volonté est là. Mais l’argent, non.

 

« 220 millions d’euros pour 100 kilomètres, c’est beaucoup mais cela reste quatre fois moins que le tronçon autoroutier de 60 kilomètres entre Rochefort et Fontenay », fait remarquer l’un des usagers.

 

Pour remplir la corbeille, RFF et la SNCF se sont naturellement tournées vers les collectivités concernées qui traversent toutes une crise financière importante liée à l’endettement de l’État. Ces mêmes collectivités à qui l’on a demandé par ailleurs de mettre la main à la poche pour la réalisation de la LGV, qui sont engagées dans les liaisons cadencées…

 

Restera-t-il des sous pour Nantes-Bordeaux ? « Sur le plan du matériel roulant, on pourrait se servir des locomotives toutes neuves achetées pour le fret et qui ne servent presque jamais », propose notamment la CGT des cheminots.

 

« Cet axe est essentiel et j’espère que mes collègues du Conseil général, très préoccupés par l’étoile de Saintes et l’arrivée du TGV à Poitiers, ne l’oublient pas. Je ne manquerai pas de leur rappeler demain (NDLR : aujourd’hui) », ajoute Denis Leroy par ailleurs conseiller général.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 07:49

Le 19 décembre le Comité de Pilotage (COPIL) sur l'avenir de la ligne Nantes-Bordeaux, se réunira  à la DDTM de La Rochelle à 14 h.

 

Certes la ligne subira des travaux entre La Roche sur Yon-La Rochelle, sur  ligne fermée 5/7, elle rouvrira le vendredi soir pour le week-end, 7 semaines du 7 janvier au 22  février et 5 semaines en octobre/novembre. Ces travaux sont des travaux d'entretien indispensable. Le remplacement du pont de la Bretonnière qui est origine de la ligne devrait être remplacé en 2015 en voie unique, or la ligne est en double voie.

 

La réunion du COPIL est l'avenir de la ligne, sa modernisation, et son développement. Nous ne pouvons pas dans une région touristique et son développement démographique qu'est la côte atlantique rester avec 3 Intercités par jour reliant Bordeaux-Nantes et au delà.

 

L'an passé A.P.N.B a émise des réserves sur l'étude. Nous l'avons fait savoir.

Pourtant, aujourd'hui nous avons encore des craintes sur cette ligne.

 

C'est pourquoi AUT 85 et A.P.N.B membre de la FNAUT sera devant la Direction Départemental des Territoire et de la Mer; ce mercredi 19 à la Rochelle.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 13:34

La liaison ferroviaire La Rochelle - La Roche sur Yon est en danger

Merci de signer la pétition à l'appel de la CGT Fédération des Cheminots - la CGT Consom Action - Indecosa et Association des Usager des Transport de la Vendée.

Merci de diffuser l'information autour de vous, nous vous appelons à la mobilisation, retrouvons-nous nombreux le mercredi 19 décembre 2012 à 14h à la DDTM de La Rochelle située 89 avenue des Cordeliers.
Cliquer sur les images pour les agrandir.

 

Petition Copil Liaison Liaison ferroviaire La Rochelle - La Roche sur Yon en dangerTract Copil Liaison Liaison ferroviaire La Rochelle - La Roche sur Yon en danger

Texte du tract

LA LIAISON FERROVIAIRE
LA ROCHELLE - LA ROCHE/YON EN DANGER

Le 19 décembre 2012 aura lieu à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de LA ROCHELLE un Comité de Pilotage (COPIL) sur l’avenir de la ligne ferroviaire NANTES-BORDEAUX dans le cadre d’une étude « INEXIA » actuellement en cours.

 

La suppression d’une voie ferrée, voire la suppression totale d’une partie de la double voie avec la réorganisation des trafics sont présentées comme étant des solutions face à la vétusté des infrastructures et aux problèmes de financement.

 

Lorsque nous sommes à même de considérer les différents projets A 831, Aéroports, et autres très couteux nous ne pouvons admettre la mise à mal du transport ferroviaire sur cet axe d’aménagement du territoire.

 

Si de telles solutions étaient retenues, ce serait alors une menace de fermeture de ligne qui suivrait cela à court terme, des scénarios de desserte de LUÇON par LA ROCHE/YON et de MARANS par LA ROCHELLE étant déjà en réflexion, chaque région économique se limitant à son territoire géographique.

 

Les conséquences qui en suivraient seraient :

- Disparition de la section MARANS-LUCON,
- Interruption définitive de l’axe atlantique « Quimper - Nantes - La Roche/Yon - Luçon - La Rochelle -   Rochefort - Saintes - Bordeaux -Toulouse »
- Fin de toutes possibilités de développement du ferroviaire sur cet axe.

N’étant pas convié à participer à ce Comité de Pilotage (COPIL), avec L’Association pour la Promotion de la ligne ferroviaire Nantes-La Rochelle-Bordeaux (APNB), nous avons pris l’initiative de faire valoir notre avis sur le sujet en interpellant par courrier les principaux acteurs de ce dossier :

› Président (e) de régions Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays De La Loire,
› DREAL Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays De La Loire,
› Maires des communes traversées par cette ligne ferroviaire, Nantes-La Roche/Yon-Champ St Père-   Luçon-Velluire-Marans-La Rochelle-Rochefort-Saintes-Pons-Jonzac-Bordeaux ainsi que      Fontenay  Le Comte pour sa proximité avec Velluire,
› La Communauté D’Agglomération (CDA) de La Rochelle,
› Les Députés (es) Mmes TALLARD et QUERE, M FALORNI,
› Les Sénateurs M LAURENT, M DOUBLET, M RETAILLEAU, M BELOT,
› Le Conseil Général de la Charente Maritime,
› Les membres ayant participé au dernier Comité de Pilotage (COPIL) du 5 mai 2011,

L’heure est maintenant à la mobilisation.
Retrouvons-nous nombreux
le 19 décembre 2012 à 14h00
à la DDTM de LA ROCHELLE
89 avenue des cordeliers.
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 19:45

logo-apnbASSOCIATION POUR LA PROMOTION DE LA LIGNE
FERROVIAIRE NANTES - LA ROCHELLE - BORDEAUX
Membre de la FNAUT

 

 

 

Bordeaux le 4 décembre 2012

Madame et Messieurs les Présidents des régions,
Aquitaine, Poitou-Charentes, et Pays de la Loire,
Messieurs les Présidents des Conseils Généraux
de la Vendée et de la Charente Maritime
Monsieur le Président de l'Agglomération de La Rochelle.

 

 

 

Objet : Ligne ferroviaire NANTES - LA ROCHELLE - BORDEAUX

prochain COPIL du 19 décembre 2012.

 

Madame et Messieurs les Présidents,

 

À quelques jours du prochain comité de pilotage de l'étude en cours sur la modernisation de la ligne Nantes - La Rochelle - Bordeaux, l'assemblée générale de notre association, qui s'est tenue le 16 novembre dernier à la Rochelle, à décidé de s'adresser à vous.  

 

Les décisions du COPIL du 19 décembre prochain seront lourdes de conséquence.


Une modernisation d'ampleur est absolument nécessaire pour éviter la coupure de la ligne entre les régions Pays de Loire et Poitou-Charentes. Ce ne sont pas les quelques travaux mineurs prévus par RFF en 2013 entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle qui vont pérenniser la ligne et permettre une augmentation de l'offre de transport absolument nécessaire. Cette ligne est à conserver dans son intégralité, c'est l'axe de l'Arc Atlantique qui assure les liaisons entre nos trois régions, Aquitaine, Poitou-Charentes et Pays de la Loire, mais aussi avec la Bretagne, Midi-Pyrénées et la côte Méditerranéenne.  

 

Ce COPIL devrait, selon nous, déboucher sur la décision d'un programme global de

 

modernisation avec pour objectif l'inscription des investissements nécessaires aux prochains CPER des trois régions. Notre association a déjà donné son avis critique sur l'étude INEXIA.

 

1, présentée lors du COPIL du 5 mai 2011. Nous espérons qu'au moins les décisions de ce COPIL, ont été suivis d'effet, pour mieux évaluer le potentiel de trafic et apprécier les avantages / inconvé;nients d'une éventuelle mise à voie unique de la section La Roche-sur-Yon - La Rochelle.

 

Nous sommes opposés à ce projet de mise à voie unique, en raison des conséquences certaines sur les capacités de la ligne, la régularité et la difficulté d'établir dans les deux sens des sillons horaires pertinents en bonne correspondances à Nantes, la Rochelle, Saintes et Bordeaux. Nous fournirons prochainement à RFF et à vos services technique un dossier complet sur ce sujet.

 

Veuillez recevoir Madame et Messieurs les Présidents nos sincères salutations.

 

  Président de l'A.P.N.B                        Vice-Président Poitou-Charentes             Vice-Présidente du Pays de la Loire         Jacques Ottaviani

 

a.p.n.b@orange.fr                                           benoit.groussin@orange.fr                       ringuet.mauricette@orange.fr

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 10:43

La SNCF annonce des suppressions dû aux travaux.

 

Les suppressions ont lieux sur la ligne Nantes - Les Sables du 3 au 7 décembre 2012.

 

Les suppressions touchent :

 

- Le TGV Paris → Les Sables au départ de Nantes à 2h22 ainsi que le TER de Nantes → Les Sables de 12h33.

- Les TER les Sables → Nantes à 14h08  et 15h09  ainsi que le TGV Les Sables → Paris de 16h13.

- Ainsi que l'autocar  La Roche sur Yon → Luçon à 13h15.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 09:32

En chemin vers la gare de Montaigu très fréquentée

 

CIMG1365

 

Où trouver de la place ?

 

CIMG1366

CIMG1367

 

Ah !une gare accessible au PMR

 

CIMG1377

 

Quelle belle gare, accueillante !!

 

CIMG1375

 

Où est l'accessibilité ?

 

CIMG1373

 

Où est le Chef de gare ?

 

CIMG1376

 

Ne le cherchez plus, comme les personnes à mobiltés réduites  !!

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 14:31
Des perturbations en 2013 
Les promoteurs de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux étaient réunis vendredi à La Rochelle. (Sud Ouest 19/11/2012) par Propos Frédéric Zabalza.

L'Association pour la promotion de la ligne ferroviaire Nantes - La Rochelle - Bordeaux, créée en 2011, a tenu son assemblée générale vendredi soir à La Rochelle.

 

Compte rendu des travaux avec le vice-président de l'APNB pour le Poitou-Charentes, le Saintais Benoît Groussin.

 

« Sud Ouest ». Quelle était la teneur des discussions vendredi soir ?

 

Benoît Groussin. Nous avons eu la chance d'avoir Karim Mouchaouche, un responsable de l'antenne de Bordeaux d'Intercités, le réseau des trains que l'on peut classer entre les TGV et les TER. Il est venu nous expliquer le service annuel 2013, qui sera appliqué dès le dimanche 9 décembre, et les travaux prévus sur la ligne entre Nantes et Bordeaux, entraîneront la suppression d'un certain nombre de trains.

 

Comment se présente ce nouveau service annuel ?

 

Il n'y a pas d'évolution en volume de trains entre Nantes et Bordeaux. Intercités maintient les trois allers-retours de base en semaine, assortis d'un quatrième aller-retour le week-end. Par contre, ce qui évolue favorablement, c'est sur le Grand Sud, notamment vers Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille et Nice. Les trois Intercités seront en correspondance avec les trains dans cette direction, ce qui n'était pas le cas. C'est le point positif.

 

Et le point négatif ?

 

Ce sont les conséquences des travaux qui vont être engagés en 2013, notamment sur la portion La Rochelle - La Roche-sur-Yon. Il y aura deux périodes de travaux, une de sept semaines au cours du premier trimestre, entre janvier et février, l'autre de cinq semaines au cours du dernier trimestre, aux environs du mois d'octobre. Ces travaux entraîneront la fermeture complète des lignes entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon. Il n'y aura plus qu'un aller-retour en semaine vers Bordeaux au lieu de trois. Il y aura un train entre Bordeaux et La Rochelle, puis un bus entre La Rochelle et Nantes. C'est un point très négatif selon nous.

 

L'avez-vous fait savoir ?

 

Oui, mais c'est Réseau Ferré de France (RFF) qui décide. En même temps, les usagers qui ne circuleront que les week-ends ne seront pas concernés puisque les trains rouleront normalement entre La Roche-sur-Yon et Nantes. La ligne sera donc fermée à partir de 9 heures le lundi matin jusqu'au vendredi après-midi. Cela étant, ça ne modifie pas notre regard sur les travaux, car il n'y aura pas de train du lundi au vendredi matin entre La Rochelle et Nantes.

Encore aurions-nous un peu de mansuétude si l'on savait que ces travaux entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon, qui est le maillon faible de cette ligne, conduiraient à une véritable pérennité de la ligne. Or, ils sont juste dimensionnés au seul maintien de l'infrastructure en l'état. Il n'y a pas de perspectives d'avenir.

 

L'assocation a-t-elle prévu un plan d'actions ?

 

Oui, le comité de pilotage de l'étude Nantes-Bordeaux, qui avait été commandée par les régions et les départements concernés au cabinet Inexia, doit se réunir en décembre. Évidemment, nous n'y sommes pas invités. Nous adresserons donc un courrier à l'ensemble de ces collectivités pour faire en sorte qu'elles aient un autre regard que ce qu'on leur a dit jusqu'à présent.

 

Nous savons qu'il est prévu, notamment, un projet de mise à voie unique entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon, sur lequel nous avons une position plutôt négative car il ne prend pas en compte la question des gros nœuds de correspondance de Bordeaux et de Nantes. La mise en voie unique aggraverait les retards sur une portion où il y a déjà des problèmes de ponctualité.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 13:30

Le Courrier de l’Ouest 03/11/2012 N° 20719 page 2

Le nombre de voyageurs transportés en TER et en car sur la ligne Bressuire – La Roche-sur-Yon augmente sensiblement. L’été prochain, les week-ends, de nouveaux trains sont prévus.

Le nombre de voyageurs en TER a progressé de 6 % en 2011 (© Courrier de l'ouest)Michel FRADIN

« II se passe plein de choses », se réjouit Gilles Bontemps, vice-président de la Région Pays-de-la-Loire, qui a présidé, le 25 octobre, la 6e réunion du Comité de ligne « Nantes – La Roche-sur-Yon – Les Sables-d’Olonne et La Roche-sur-Yon – Bressuire ». H semble plutôt optimiste quant au développement de cette ligne. Le nombre de clients (TER et car) est en augmentation de 6 %. L’offre va s’étoffer l’été prochain, notamment pour rejoindre Les Sables-d’Olonne.

 

Fréquentation en hausse

 

La fréquentation de la ligne La Roche-sur-Yon – Bressuire s’élève à 64 114 voyages en 2011, soit 6 % par rapport à 2010 : 24 911 voyageurs en TER en 2011 contre 23 801 en 2010 ; 39 203 en car en 2011 contre 36 864 en 2010. Entre 2009 et 2010, l’augmentation avait été de 9 %. La progression se poursuit cette année : en juillet, 40 204 voyages contre 37 809 en Juillet 2011. Actuellement, l’offre est de deux allers-retours entre La Roche-sur-Yon, Bressuire et Thouars, dont un en train et un en car jusqu’à Saumur.

 

Offre étoffée l’été

 

« La desserte sera de même niveau en 2013 sur l’axe Les Sables-d’Olonne- La Roche-sur-Yon – Bressuire, vers Saumur, sauf l’été… », annonce le Comité de ligne. Les Régions Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes ont décidé d’étoffer l’offre « dans le cadre d’une action soutenue par l’Union européenne *. Du 7 juillet au 28 août 2013, elles souhaitent créer un aller-retour tous les week-ends.
H souligne les avantages de cette desserte : « Elle s’effectuerait en train en 2 h 35 de temps de parcours, de Saumur Jusqu’aux Sables-d’Olonne, au lieu de 3 h 36 en car. Les horaires de retour sont confectionnés de façon à permettre un week-end entier avec un départ des Sables d’Olonne à 17 h 22 au lieu de 14 h 31″

 

À l’heure

 

La qualité du service sur les lignes ferroviaires est mesurée régulièrement. La ponctualité des trains La
Roche-sur-Yon – Bressuire « est très bonne, de 94,8 % à 100 % selon les mois, en 2012 ».
La ligne Les Sables d’Olonne – La Roche-sur-Yon sera fermée du 30 septembre au 6 décembre 2013, en raison de travaux (renouvellement vole et ballast).

 

Prix des billets

 

Tarif normal : La Roche-sur-Yon -Bressuire, 14,60 €. Abonnement de travail : La Roche-sur-Yon – Bressuire, 147,50 € (mensuel) et 41 € (hebdo). Abonnement élève, apprenti, étudiant : La Roche-sur-Yon – Bressuire, 105,30 € (mensuel) et 34,80 € (hebdo)

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 14:25
Nantes-La Roche-sur-Yon 

La région annonce de nouveaux arrêts en décembre 2012

  • Vers Nantes : Arrêt à Belleville (7h38) du lundi au vendredi. 
  • Vers La Roche-sur-Yon : sur le train au départ de Nantes à 20h01, arrêt à Belleville du lundi au vendredi et à l’Hébergement le vendredi.  

  et en 2013

 

Les Sables d’Olonne - La Roche-sur-Yon – Saumur (été 2013)

que la FNAUT et AUT 85 réclamaient dépuis longtemps.

  • Saumur (9h) – Les Sables d’Olonne (11h35) – samedi, dimanches et fêtes. Train desservant les arrêts de Thouars, Bressuire, Cerizay, Pouzauges, Chantonnay et la Roche-sur-Yon. 
  • Les Sables d’Olonne (18h39) – Saumur (21h15) – le samedi. Train desservant les arrêts de la Mothe-Achard, la Roche-sur-Yon, Chantonnay, Pouzauges, Cerizay, Bressuire et Thouars. 
  • Les Sables d’Olonne (17h22) – Saumur (19h58) – le dimanche. Train desservant les arrêts de la Mothe-Achard, la Roche-sur-Yon, Chantonnay, Pouzauges, Cerizay, Bressuire et Thouars. Correspondance à Saumur vers Tours. 
Partager cet article
Repost0